Skip to main content

17/01/2018

Vous dormez où ce soir ?

 

 

 

 

Hôtel, tente, camping-car, motor-home ou à la belle étoile ? Où dorment les pilotes, mécaniciens et suiveurs du Dakar ?

 

Depuis ces trois ou quatre dernières années, les pilotes de pointe dorment dans leur camping-car au bivouac.

Chez Peugeot-Total, il a quatre camping-cars : un pour Seb Loeb et Daniel Elena, un autre que partagent Cyril Despres et Stéphane Peterhansel, les copilotes Jean-Paul Cottret et David Castera sont ensemble et le dernier pour Carlos Sainz et son copilote.

Chez Mini X-Raid, certains pilotes dorment à l’hôtel, alors que leurs copilotes ont une cabine aménagée dans les camion-ateliers. Le Chilien Boris Garafulic possède un des plus beaux motor-homes du paddock, un modèle américain très haut de gamme.

La plupart des ingénieurs et mécaniciens dorment sous la tente, soit plantée au sol, soit installée sur le toit des camions. Les journalistes aussi dorment sous la tente. Elles sont installées derrière le centre media. C’est le cas également des monteurs BFGoodrichMD qui installent leur Quechua à côté du camion-atelier.

 

 

Les puristes n’ont qu’un lit de camp et un duvet. C’est le cas de certains commissaires du PC Organisation. Ils dorment à la belle étoile depuis des années et se réfugient à la cantine quand il pleut ou qu’il fait trop froid.

Certains (rares) privilégiés sont à l’hôtel. C’était quasi impossible en Afrique mais depuis 2009 et le Dakar en Amérique du Sud, les bivouacs se trouvent aux abords ou dans de grandes villes. Evidemment, il faut réserver plusieurs mois à l’avance...

Pour la journée de repos, les trois-quarts des suiveurs s’offrent une ou deux nuits à l’hôtel, histoire de bien récupérer et de faire sécher/laver leurs vêtements avant la 2e semaine qui débute par une étape-marathon.

 

 


 

Pour tout savoir sur nos promotions, nos nouveautés et sur la sécurité routière, inscrivez-vous à notre infolettre!